L’Ecomusée rural
du Pays nantais
1990/2020 trente années de passion et de bénévolat
La création-le but
En 1990, conscient de la disparition d’un patrimoine, de la diminution du nombre des exploitations agricoles, Yves GILARDEAU avait, depuis plus de cinq ans, un projet en tête, la récupération du vieux matériel agricole, des anciens outils des artisans et des ustensiles de la vie courante d’antan puis de les exposer dans un musée ou plus exactement un écomusée.
Pour mener à bien ce projet, il fait appel à Pierre JOCHAUD, un Vignolais de vieille souche, véritable figure du monde agricole du territoire, chargé de récupérer du matériel agricole au sein d’une association pour l’expédier en Amérique centrale pour les paysans du NICARAGUA.
Qui était mieux placé que Pierre, agriculteur retraité pour dresser l’inventaire du matériel existant et en expliquer le fonctionnement.
Après plusieurs réunions, une association loi 1901est constituée le 18 janvier 1990.
Le 12 février 1990 paraissent au Journal Officiel les statuts de l’Ecomusée rural de Vigneux-La Pâquelais avec pour objectifs :
• Regrouper, exposer, tous les matériels, outils, objets du monde agricole et artisanal de la région.
• Organiser des expositions et des animations se rattachant à l’agriculture, l’artisanat et au passé du monde agricole de notre région.
Le collectage :
Les bénévoles, une dizaine au départ, aujourd’hui près de quarante, sillonnent les campagnes pour expliquer le but de l’Ecomusée et collecter faucheuses, faneuses, charrues, meules, tarares, etc…
Dons généreux de la population, consciente que ce patrimoine sera préservé et conservé sur notre commune.
Le mobilier d’une maison rural du début du 19 ième, les objets du quotidien, les outils des vieux métiers seront exposés dans un local, dans le bourg de Vigneux, local mis à la disposition par la Municipalité qui soutient le projet avec enthousiasme. Le matériel plus important (une centaine de pièces), est alors rassemblé dans un hangar agricole.
Ces locaux sont rapidement trop petits et ne permettent pas l’exposition après restauration et dès mars 1990 « l’association était à la recherche sur la commune de Vigneux de Bretagne d’une ferme à caractère ancien possédant un four à pain et des dépendances ». L’idéal serait de s’installer à Valais dans ce vieux village, site incomparable et chargé de souvenirs, diras Yves GILLARDEAU en juillet 1990 (source O.F.). Mais les moyens de l’association sont insuffisants.
Les premières manifestations-inauguration du site de La Pâquelais
Parallèlement à cette action de collectage, l’Ecomusée rural de Vigneux –La Pâquelais participe à ses premières manifestations, la fête de la musique, la Foire de Vigneux en novembre 1990, kermesse au groupe scolaire de Saint-Exupéry, l’Eurofoot, Le Forum des associations, la brocante de Saint-Étienne-de-Montluc ……
En 1992, l’opportunité se présente : une vielle ferme de bourg se libère à La Pâquelais. La mairie joue un rôle important dans la location des bâtiments au 81, rue Anne de Bretagne.
Le déménagement a lieu à partir de l’été 92. Une quinzaine de bénévoles tous les mercredis et tous les samedis s’emploie à restaurer les bâtiments de la ferme Delaune.
Le 8 mai 1993, l’Ecomusée rural inaugure ses nouveaux locaux à la première Fête du Printemps et des labours en présence de nombreuses personnalités : M. MENAGER, maire de Vigneux-de-Bretagne, M. AYRAULT, député -maire de Nantes, M. AUGEREAU, Conseiller Régional, M. REDOR, Conseiller Général, M. LEGOUX, Président du SIVOM.
« S’il n’y a pas de lieu de mémoire tout cela s’estompera et les générations futures ne connaitrons pas et ne sauront pas que cela a existé. C’est une façon de préserver notre équilibre dans une société qui est en constante évolution et dont nous n’avons toujours pas la maîtrise.
Avant nous, il y a eu des hommes et des femmes qui ont travaillé souvent très dur et qui ont vécu autrement et si nous sommes là, c’est aussi grâce à eux. » (Extrait du discours de M. J.M. AYRAULT)

La porte ouverte du 8 mai 1993 remporte un tel succès que l’Ecomusée rural décide d’ouvrir au public ses portes tous les dimanches A. M. de juillet et Août. Les bénévoles assurent les permanences A partir de ce jour sera instauré également la Fête du blé noir au mois de septembre, présentera son salon mycologique en octobre, fort du succès de celui de 1992. (Presse-Océan décembre 1995, YVES GILLARDEAU poursuit, « cette année nous avons accueilli 1600 personnes »…… « On regrette toutefois que les enfants des écoles ne soient pas plus nombreux »)
Les fêtes consistent à recréer les gestes d’autrefois, à remettre le matériel en activité, le tout dans une ambiance musicale et festive.
Des expositions temporaires sur l’enfance, le mariage, les jouets et les jeux du début du siècle, les vieux métiers sont montées.
Différents thèmes sont abordés comme les cultures disparues de notre territoire : culture du lin et du chanvre……
Le blé noir récolté pour les battages est mis à l’honneur à chacune de nos fêtes pour la fabrication de nos galettes réputées pour être excellentes.
Les terres proches permettent d’élever le cheval de trait, la vaches, les moutons d’Ouessant…..
Augmentation de la surface des locaux :
Les collections augmentent toujours.
Rapidement les locaux de la ferme existante ne sont pas suffisants. Il est absolument nécessaire de construire de nouveaux bâtiments.
« On espère tout d’abord devenir propriétaire du site de façon à pouvoir construire de nouveaux bâtiments pour le matériel. Mais ce que l’on voudrait surtout faire, à condition de trouver le financement, c ‘est une sorte de mini village 1900. Ce sera sans doute pour beaucoup plus tard mais l’idée nous tient beaucoup à cœur » (Yves GILLARDEAU-P.O. décembre 1995)
Un choix est à faire, des locaux sont à construire : un immense hangar dans lequel le matériel serait exposé dans des alvéoles par thème ou de petits bâtiments traditionnels où chaque métier serait remis dans son contexte : la décision est prise dès 1995, des ateliers sortiront de terre sous forme d’un petit village et abritera les outils du sabotier, les outils du tonnelier, du charron, la forge……
La boulange avec son four à pain sera le premier bâtiment construit, il permettra aux bénévoles de faire cuire le pain à l’ancienne lors des fêtes.
Les bénévoles construisent environ près d’un atelier par an.
Changement de Président :
En septembre 1998, lors de notre fête du blé noir, un accident surviendra. Yves GILLARDEAU, le Président et nous les bénévoles projetons de dissoudre l’association. Très affecté, le président démissionne et me demande, avec le Conseil d’Administration, d’assurer l’intérim jusqu’à la prochaine Assemblée Générale.
La population vignolaise soutient l’association et souhaite qu’elle continue son aventure. Enfin de compte après une longue réflexion la décision de continuer sera prise.
En janvier 1999, le Président me propose de le remplacer, je suis élu président, à l’unanimité. Yves accepte d’en être le Président d’honneur et Pierre JOCHAUD devient le vice-président.
Le Moulin Neuf, haut lieu de la meunerie, reconstruction du moulin :
Les constructions sont reprises et l’Ecomusée envisage d’utiliser le site du Moulin Neuf, site constitué d’une ruine d’un moulin à vent datant de 1732, d’une minoterie construite en 1921/1922.
Toute activité a cessé depuis 1996, Michel BRODU, le plus jeune des deux frères ayant pris sa retraite.
Le 10 févier 2001, l’Ecomusée rural choisira la location des lieux par un bail d’une durée de 9 ans après y avoir organisé avec succès, 2 journées du patrimoine en 1999 et 2000.
La décision de reconstruire le moulin tel qu’à l’origine cheminera pour aboutir le 11 octobre 2004 date à laquelle un partenariat sera établie entre les deux associations Ecomusée rural du pays nantais et Petit Patrimoine. Les deux associations remonteront la tour en la pierre de pays et le plancher de l’étage en 2003.
En 2004 la plupart des travaux préliminaires, pris en charge par les deux associations, sont terminées et elles laissent place à un artisan amoulageur qui se chargera de la charpente et du mécanisme de broyage. La couverture est réalisée par les bénévoles.
Le moulin est recoiffé en février 2005 et sera remis en fonctionnement en début 2006. Depuis, les meules n’ont pas cessé d’écraser du blé noir et il est encore, à l’heure actuelle, le seul moulin sur le territoire, à produire de la farine.
Le public et l’emploi:
Entre temps, l’Ecomusée rural de Vigneux-La Pâquelais devient, en 2003, l’Ecomusée rural du Pays nantais.
En 2007 la construction des sanitaires à La Pâquelais sera la dernière construction engagée.
Les bénévoles s’activent à l’entretien et l’amélioration des sites, pour exemple l’aménagement du hangar multi service (à la Pâquelais, restauration, accueil des groupes, remaniement dans les hangars d’exposition……) au Moulin Neuf, reprise des parquets dans la minoterie, restauration de la charpente et réfection de la couverture……).
Un « emploi jeune » est créé en 2004. Dans ce cadre, quatre associations utilisent les services d’une jeune femme, Marie, en quart temps (emploi jeune). Le nombre d’entrées, entre l’ouverture au public du site de La Pâquelais et du Moulin Neuf pendant les congés d’été, les manifestations et les visites de groupes, va faire un bond pour atteindre 2600 entrées en 2008.
En 2008, malheureusement cet emploi ne pourra plus être assuré alors que la nécessité s’en fait doublement ressentir et nous embaucheront Anaïs en tant que saisonnière puis en contrat CEA (contrat emploi aidé), et enfin en CDI en 2012.
Grâce au travail en commun des bénévoles et de notre salariée, progressivement, le nombre de visiteurs passe à 4500 en 2009 pour enfin atteindre en 2019 pratiquement 7000 visiteurs.
Un travail important a été réalisé pour les visites de groupes, de scolaires, d’aînés. Les activités pour les enfants pendant la période de vacances scolaires ont été développées, se multiplient et sont appréciées tant par les enfants que par les parents ou grands-parents (initiation à la sculpture, la poterie, fabrication de papier à l’ancienne, du pain, du beurre….).
Les stages (galettes), les ateliers (dessin) se succèdent avec beaucoup de succès. Les grandes manifestations comme les fêtes du Printemps ou du Blé noir, depuis 2 ou 3 ans, ont un regain de popularité.
En novembre 2016, l’association sera reconnue d’intérêt général.
L’Ecomusée rural passera à l’étape suivante et établira un plan de conservation par bâtiment et la restauration du matériel.
Auparavant il présentera à la municipalité, la communauté de commune et au Département son P.S.C.
Ce sera un échec, nos objectifs n’étant pas les mêmes.
Les partenaires…
Hormis la municipalité qui répondra « présent » tout au long de ces années, le Département, le FEDER, le Crédit Agricole, la société BREMOND, Vendée Matériaux, MEDIACO seront les partenaires de l’Association tout au long de la reconstruction du moulin.
Les entreprises SAPRO, LEBRE S.A., Atlantique Ouverture, Le Temple Utilitaire-Le Temple Automobile, GROUPAMA, DECO-JARDIN, U EXPRESS, Cabinet I, Garage Barrault, KERISAC, MEDIACO, sont également nos partenaires aujourd’hui.
… et les moyens de communication:
France bleue nous recevra en 2018 et 2019, trois fois dans ses bureaux et, télé-Nantes effectuera deux reportages télévisés sur chacun des deux sites. La Presse, Ouest-France et Presse-Océan nous ont soutenus toutes ces années. L’Ecomusée rural sera invité par la foire internationale de Nantes
Très rapidement L’Ecomusée rural a compris l’importance de la communication et s’équipera d’Internet et d’une adresse Mail.
Il créera son site, éditera un dépliant. L’arrivée d’Anaïs correspondra avec le développement de ces moyens de communication : blog, page Facebook, Instagram, lien avec les fédérations ……
….les fédérations auxquelles nous sommes affiliés :
Pôle Patrimoine, l’AFMA, l’AIMA, la FEMS, Patrimoine Environnement, la FFAM, la FDMF, la FDMA 44, la FALSAB.
Le rôle des bénévoles :
Enfin les bénévoles sans qui naturellement, l’Ecomusée rural du Pays Nantais n’existerait pas, ont joué un rôle essentiel. Ils ont bâti de leurs propres mains les deux sites
Le groupe est constitué d’une quarantaine de passionnés dont près d’une vingtaine se rencontre tous les mardis pour améliorer les deux sites, entretenir les espaces verts, construire, aménager les hangars d’exposition, conserver, restaurer, animer avec Anaïs les activités et les stages enfin pour organiser avec les sympathisants, les sept grandes manifestations, drainant entre 3500 et 4000 personnes au globale.
2020, l’Ecomusée rural fêtera ses trente années d’existence en septembre, le 12 et le 13 avec, si tout le permet, par un programme chargé.
« L’Ecomusée rural est un avion gros porteur : très long à décoller mais une fois dans les airs plus rien ne peux l’arrêter » se plaisait à dire Yves GILLARDEAU, le président fondateur.
Le président de l’Ecomusée rural du Pays nantais
Paul ROBERT

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bientôt les 30 ans de l’Ecomusée – un peu de lecture pour revenir aux débuts de l’association

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *